SoFoot

Georges Leekens : « Je n’aime pas les défenseurs qui se prennent pour des attaquants »

Nommé sélectionneur de la Hongrie fin octobre en remplacement de Bernd Storck, le Pygmalion de la génération Hazard-Lukaku-Fellaini, quart-de-finaliste de la Coupe d’Afrique des Nations sur le banc de la Tunisie, doit rebooster une bande à Dzsudzsák en panne depuis sa belle perf’ de l’Euro 2016. Et ce, avec la bénédiction du Premier ministre Viktor Orbán croyant en la grinta du truculent flamand.

Entretien. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Barna Busai : « Je savoure ma petite célébrité »

Devenu star du web en cinq secondes et une glissade sur une rampe d’escalier lors d’un match de D4 hongroise, le méconnu joueur d’Eger s’est offert un joli moment de gloire adoubé par ESPN et vu des millions de fois sur YouTube. Derrière le désormais célèbre magyar glisseur se cache aussi un sérivore amoureux de son yorkshire, dont le papa et le frangin fabriquent une excellente gnôle goût framboise.

Interview. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Antal Nagy : « Wenger nous motivait comme jamais »

Libéro du Honvéd pendant dix ans puis sentinelle de l’AS Nancy-Lorraine sous Wenger en 1986-1987, l’ancien international magyar Antal Nagy a troqué ses crampons contre des chemises impeccablement repassées de conseiller financier haut de gamme. Entre deux coups de fil, il parle Mundial mexicain caniculaire, bonhomie d’Arsène, OPA ratée sur son club de cœur avec deux ex-coéquipiers, genoux fragiles, optimisation fiscale et renforcement du français grâce à Lio et aux étiquettes de supermarché.

Interview. A lire sur SoFoot.com.

Lire

La Hongrie au tapis

img-la-hongrie-au-tapis-1497543837_580_380_center_articles-444377

Malgré les stades construits à foison en Hongrie, la pluie d’argent déversée sur le foot par le gouvernement de Viktor Orbán et le charisme de capitaine Dzsudzsák, le « Nemzeti 11 » de Bernd Storck a vécu son Knysna en se cassant les dents contre Andorre vendredi dernier et n’ira pas à la Coupe du monde 2018. Un retour de bâton mérité ?

Analyse. A lire sur SoFoot.com.

Lire

László Kiss : « Nicollin est un Parrain dans le bon sens »

img-kiss-kiss-bang-bang-1496398545_580_380_center_articles-443767 (1)

Trente ans pile après la folle remontée en D1 de Montpellier, le Hongrois passé par la Paillade époque Laurent Blanc et Roger Milla revient sur ce derby budapestois où il a attiré l’œil du duo Loulou/Michel Mézy. Au programme : les fiestas forcément gargantuesques du président, l’apprentissage du français au détour des marchés héraultais, les gueulantes à la Trappatoni du sélectionneur magyar Kálmán Mészöly, son expérience comme coach d’équipes féminines et son amour incommensurable du ris de veau.

Interview. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Márton Fülöp, le manque de Marci

img-marton-fulop-le-manque-de-marci-1495741928_580_380_center_articles-443406 (1)

Le 3 mai dernier, l’ancien portier magyar de Sunderland, un temps numéro deux de survêt’ Gábor Király en sélection hongroise, aurait eu 34 ans si un cancer n’en avait pas décidé autrement en novembre 2015. Des faubourgs de Budapest où il s’est forgé à Tripoli en Grèce en passant par les Black Cats dont il a accompagné le retour en Premier League lors de la saison 2006-2007, personne n’a oublié Marci.

Portrait-hommage. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Győző Burcsa : « Guy Roux n’a pas essayé de me changer »

img-gyozo-burcsa-1490362691_580_380_center_articles-440622 (1)

Auxerrois durant deux saisons (1985-87) après une finale d’UEFA perdue avec le Videoton, il a installé Casoni sur le banc du « Vidi » en tant que président de l’écurie favorite du Premier ministre hongrois. L’ancien international magyar reconverti en patron d’agence immobilière se souvient des débuts dingos de Canto en Bourgogne, de la quiétude de l’Yonne, de l’œil de lynx bienveillant de l’homme au bonnet, du Mundial 86 caniculaire et du panache de son copain Kálmán Kovács ayant ébloui l’Abbé-Deschamps.

Interview. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Nándor Hidegkuti, le genre idéal

img-nandor-hidegkuti-1487607582_580_380_center_articles-439128 (1)

Métronome du Onze d’or hongrois distillant des amours de caviars pour Kocsis et Puskás, l’un des premiers neuf et demi de l’histoire s’est éteint il y a quasiment quinze ans le jour de la Saint-Valentin. Du MTK Budapest révolutionnaire de Bukovi au triplé lors du « match du siècle » en passant par une transfusion miracle et un film de propagande, le culte du « Vieux » également vainqueur de la Coupe des coupes avec la Fio et artisan de la résurrection d’Al-Ahly sur les bords du Nil a traversé les décennies.

Portrait. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Orbán fils, du foot à la secte

img-gaspar-orban-1483546116_580_380_center_articles-437155

Il a rencontré Benoît XVI et prêche aujourd’hui pour le compte d’une chapelle distribuant des anneaux de chasteté. Mais avant de se consacrer au sacerdoce sans soutane, Gáspár Orbán, rejeton du Premier ministre hongrois Viktor, pensait qu’il percerait sur les gazons à l’instar de son homonyme Lucas. Raté.

Portrait. A lire sur SoFoot.com.

Lire

Prison, platines et futsal

László Bodnár a connu le Dinamo Kiev à peine sevré du duo Cheva/Rebrov, la naissance explosive du Red Bull Salzbourg, mais surtout un tas de déboires et de soirées mousse depuis qu’il a écrasé un quidam. L’ex-international hongrois, écarté de la sélection en 2010, se refait timidement grâce au five.

Portrait. A lire sur SoFoot.com.

Lire